Antibiotiques et antibio-résistance, quelle est la situation à l’échelle mondiale ?

Home / Breizh Algae Tour 2015 / Antibiotiques et antibio-résistance, quelle est la situation à l’échelle mondiale ?
Dans son rapport rendu fin 2014 au gouvernement britannique sur le sujet de la résistance aux antibiotiques 1 , Jim O Neil, ancien chef économiste de Goldman and Sachs, lance un véritable cri d’alarme : il prévoit qu’en 2050, la surmortalité due aux infections par des bactéries antibiorésistantes sera de 50 millions de morts par an dans le monde, plus que le cancer ou toute autre maladie. Dont rien que 10 millions pour la seule Chine ! Il fait écho à L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui alerte, dans son dernier rapport sur le sujet : « L’usage exagéré et inapproprié des médicaments antimicrobiens accélère l’apparition de micro-organismes résistants ». « Des infections communes et des blessures légères qui sont traitées depuis des décennies peuvent à nouveau tuer », a averti Charles Penn, coordinateur de l’OMS pour la résistance antimicrobienne. L’humanité est entrée dans une nouvelle ère, l’ère post-antibiotique où l’on pourra mourir d’infections banales ou de blessures légères. Nous avons demandé au professeur Andremont, l’un des spécialistes mondiaux de la question de nous expliquer la situation et de nous exposer en quoi ceci aura un impact sur nos filières de productions animales.
  • Professeur Antoine ANDREMONT
    Professeur Antoine ANDREMONTDirecteur du Laboratoire de bactériologie Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris, France. Pédiatre de formation, il est l’un des grands spécialistes mondiaux de la bactériologie médicale. Il a d’abord été adjoint au Laboratoire de Microbiologie Médicale de l’Institut Gustave-Roussy de Villejuif, le plus important centre français de recherche et de traitement en cancérologie. Depuis, il dirige le Laboratoire de Bactériologie du Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard. Professeur à la faculté de médecine Xavier-Bichat de l’université Paris VII, il axe ses recherches sur les résistances des bactéries aux antibiotiques. Il est sollicité par L’Organisation Mondiale de la Santé pour   effectuer des missions, il a également développé une start-up DA VOLETTERRA qui développe des innovations contre les bactéries résistantes. Selon lui, les bactéries résistent de plus en plus et nous sommes face à une crise sans précédent : « Il faut diminuer de façon massive toutes les utilisations d'antibiotiques qui ne sont pas indispensables. Chez l'homme bien entendu mais encore plus chez les animaux d'élevage »

    Conferences